Construire une industrie de la chaussure durable en Haïti

January 21st, 2015 by TOMS

JaredChambers_8X3A7702

Amar dirige le service des dons chez TOMS. Une grande partie de son travail consiste à superviser les efforts de production locale de TOMS, notamment l’installation et l’ouverture de l’usine TOMS en Haïti. Depuis que nous nous sommes engagés à produire localement 1/3 de nos chaussures destinées au don, Amar a visité la quasi-totalité de nos sites de production afin de les aider à maintenir le cap et à améliorer leur fonctionnement. Après s’être rendu récemment et pour la seconde fois en Haïti, il était particulièrement impatient de partager les progrès que nous avons réalisés ensemble…

D’après la Banque mondiale, Haïti est le pays le moins développé dans l’hémisphère occidental, avec plus de la moitié de la population vivant en dessous du seuil de pauvreté. Il existe cependant un autre aspect du pays que peu de gens ont la chance de voir ou de découvrir. Une qualité extraordinaire qui, à l’instar de mes collègues chez TOMS et moi-même, séduit tous ceux qui aiment ce pays.

Les Haïtiens sont l’incarnation de la persévérance. Peu importe ce qui est arrivé dans le passé, les gens continuent à avoir foi en l’avenir, et ils s’efforcent de créer des lendemains meilleurs. Le pays et ses habitants sont pleins de vie. Des organisations incroyables comme IMA World Health et Partners In Health, deux partenaires-donateurs de TOMS, intègrent nos chaussures à la distribution de soins médicaux et à des opportunités de formation, le but étant d’inciter les gens à vivre plus sainement et à poursuivre leurs études. Des artisans et entreprises font leur apparition un peu partout sur le territoire local, comme Caribbean Craft, dont les artisans, des insulaires, fabriquent de superbes articles en papier mâché dans une atmosphère positive et stimulante.

JaredChambers_9H3A1089

Le 12 janvier dernier a marqué le cinquième anniversaire du tremblement de terre qui a dévasté l’île. J’ai entendu dire que lorsque Bill Clinton s’est rendu en Haïti peu après le séisme, et qu’il a demandé ce qu’il pouvait faire pour venir en aide à la population, on lui a répondu : « nous donner du travail ». C’était incroyable de voir combien l’envie était pressante de créer quelque chose de durable.
Au cours de l’année passée, TOMS a pu travailler avec notre partenaire de production, LXJ Golden Pacific, à la fabrication de chaussures à Port-au-Prince. Il n’y avait pas eu auparavant d’industrie de la chaussure dans la ville.

Dans le cadre de ce projet d’envergure, j’étais fier de voir que TOMS s’était engagé à aider Haïti à se développer, et encourageait d’autres entreprises à faire de même. Nous savions tous qu’il s’agissait d’un défi de taille. Nous avons dû faire face à des épreuves à chaque étape, que ce soit pour trouver des sources fiables d’eau et d’électricité, pour former des personnes n’ayant jamais fabriqué de chaussures ou encore se familiariser avec la législation locale et les normes culturelles… le tout pour garantir le bon déroulement des opérations au quotidien.
Mais ce n’est que lors des rencontres avec nos employés que nous avons vraiment pris conscience de l’impact de cet effort. L’une des employées de l’usine, Carmita, s’occupe des neuf enfants de sa famille. Avant de travailler pour TOMS, elle n’avait pas d’emploi régulier et accumulait les petits boulots à la journée pour joindre les deux bouts.

JaredChambers_8X3A8730

Comme je l’ai appris plus tard, de nombreuses personnes en Haïti vivent à crédit, certaines d’entre elles toute leur vie. Le mari de Carmita nous a raconté le jour où elle a reçu son premier chèque. Carmita est rentrée à la maison auprès de sa famille avec en main son premier chèque. Ce n’était pas seulement le premier chèque qu’elle recevait de notre usine, mais le tout premier chèque de sa vie. Une fois les enfants rentrés de l’école, toute la famille s’est rassemblée, s’est embrassée et a versé quelques larmes en guise de célébration. Lorsqu’elle a demandé à ses enfants ce dont ils avaient envie, sa fille lui a immédiatement répondu « des bonbons! » avec un grand sourire.

Bien sûr, travailler dans une usine de production est un travail manuel pénible. Mais où que vous viviez dans le monde, et quelles que soient vos ressources, il existe certains principes de base, le plus important d’entre eux étant souvent le désir de prendre soin de sa famille et d’offrir à ses enfants l’espoir d’une vie meilleure. Américain de la première génération, je comprends les sacrifices que mes parents ont dû réaliser pour nous donner une vie meilleure à mon frère et à moi, et je leur suis reconnaissant pour cela. C’est grâce à leur volonté et à leur dévouement que j’apprécie tout particulièrement de faire partie d’une organisation qui aide les autres à bâtir une vie meilleure, pour eux et leurs enfants.
Grâce à notre partenaire de production et à nos partenaires-donateurs exceptionnels au service des enfants en Haïti, grâce aussi à l’énergie fantastique de mon équipe qui se démène au quotidien, nous nous efforçons ensemble de continuer à améliorer des vies. Sans eux et sans nos clients, nous serions impuissants.